maillot de bain bébé

+33 (0)4 94 79 87 48
du lundi au samedi
10h - 19 h
info@petitesource.com

 

maillot de bain bébé maillot de bain couche

Inscription à la newsletter

Fils d'actualité

Suivez-nous!

FacebookTwitterRSS Feed

Le sommeil du bébé nageur

Un bébé dort beaucoup les premiers mois de sa vie.
Jusqu’à 6 mois, ses plages de sommeil sont énormes entre 16 et 18 heures de sommeil et il reste éveillé moins de 8 heures.
De 6 mois à 12 mois l’amplitude n’a guère baissée (14 à 16 heures de sommeil ) le tout entrecoupé de deux ou trois siestes réparatrices (la sieste du matin disparait entre le 15° et le 18° mois), celles de l’après-midi perdurent jusqu’à 2/3 ans.
En fait durant son sommeil le nourrisson n’arrête pas de grandir, c’est durant cette phase que l’organisme produit en quantité maximale l’hormone de croissance GH (pour Growth Hormone), indispensable à son bon développement. Durant son sommeil son système nerveux mûrit, il s’organise et produit des substances telles que la cytosine qui renforcent les défenses immunitaires. Il a été démontré que lorsqu’un nourrisson dort peu, le niveau de ses antis corps diminue d’environ un tiers fragilisant ainsi son organisme plus sujet alors aux infections. Pour aussi surprenant que cela puisse paraitre de sa naissance jusqu’à 2/3 mois le nourrisson vit hors du temps sur une amplitude de 25 heures et sur un rythme ultradien qui se renouvelle toutes les 3 à 4 heures, marqué par l’alternance alimentation/sommeil (c’est ce qui explique que maman et son bébé vivent dans une bulle horaire déphasée du quotidien et durant la phase d’allaitement le sommeil de maman se calque sur celui du nourrisson pour lui donner le sein ou le biberon).
Durant cette période de vie ultradienne bébé passera par quatre stades de vigilance :
1°-Un stade de veille calme ou bébé tête, prend son bain, est changé et il regarde
2°-Un stade de veille agitée ou bébé pleure
3°-Un stade de sommeil calme avec un sommeil lent et profond
4°-Un stade de sommeil agité, précurseur du sommeil paradoxal où l’enfant bouge beaucoup et sa respiration est rapide.
C’est vers le 3° mois que le rythme de sommeil Circadien de 24 heures se met en place et qu’il sera plus régulier vers le 6° mois. Le sommeil durant ce rythme de vie de 24 heures comprendra quatre stades de vigilance :
1° étape : l’endormissement léger comprend 5% du temps sommeil.
2° étape : le sommeil léger comprend 50% du sommeil.
3° étape : le sommeil lent profond comprend 25% du sommeil (c’est un sommeil sans rêve, ou le cœur bat de façon régulière, les muscles sont relâchés).
4° étape : le sommeil paradoxal comprend 20% du sommeil (c’est un sommeil qui comprend la phase des rêves)
Il est à noter qu’entre 8 mois et un an les cycles du sommeil sont bien installés ; il arrive souvent après 8 mois et pendant une période de 2 mois que le bébé a un éveil calme vers 5-6 heures du matin environ, où il regarde son environnement, il sourit et il commence à babiller seul. Il est important pour les parents de respecter cet éveil matinal sans intervenir auprès du nourrisson au risque d’induire des troubles du sommeil secondaire.

Le nouveau-né et son propre rythme de vie et de sommeil

Il est indispensable de laisser un nouveau-né trouver son propre rythme de vie et de sommeil. Dans ce but il ne faut jamais le réveiller, ni lui donner à manger, ni le changer ou lui faire prendre un bain ou le réveiller lors de la visite d’un parent cela risquerait de déstabiliser le fragile équilibre qu’il est en train de mettre en place de lui-même. S’il a faim, il se réveillera tout seul, et il n’y a pas à se préoccuper s’il saute un repas.
Si votre bébé se réveille aussi la nuit , essayez, autant que peut se faire, de le laisser se rendormir tout seul, il est peut être entre deux cycles de sommeil. Avant d’intervenir, laissez passer une ou deux minutes et s’il pleure une ou deux minutes de plus ce qui vous semblera une éternité, si vous avez la patience d’attendre montre en main, dans 90% vous vous rendrez compte que l’enfant se calme tout seul. Et c’est seulement comme cela que vous l’aiderez à apprendre la technique pour se rendormir tout seul.
Mais vous le savez toutes comme moi, que cette question de laisser pleurer bébé ou pas est très débattue au sein même des experts, qui ont tous des avis différents :

Selon :
Benjamin Spook : Laissez-le pleurer, aller voir bébé ne fait qu’augmenter sa fureur d’être seul et cela prolonge encore d’autant ses pleurs.
T. Berry Brazelton : Soyez présent , mais laissez le pleurer. Vous couchez bébé et vous restez avec lui jusqu’à ce qu’il s’endorme. Ne le prenez pas dans vos bras pour le bercer. Toutefois parlez-lui pour le rassurer.
Richard Ferber :Sa théorie est que si vous ne réagissez pas à ses pleurs, bébé apprendra qu’il ne vaut pas la peine de pleurer.
Penelope Leach : Selon elle, sachant que bébé avant l’âge de 9 mois ne sait pas s’il fait jour ou s’il fait nuit, il faut être présent en lui rendant son endormissement serein par une chanson ou en lui racontant une histoire, même s’il ne comprend pas le récit, il sera bercé par le son de la voix de sa maman. Et si vous allez le voir s’il pleure, il sait ainsi que vous êtes présentes et que vous ne l’abandonnez pas.

Si vous optez pour l’une ou l’autre des méthodes, il est essentiel que vous et votre conjoint soyez convaincus de l’efficacité de cette méthode et qu’il n’y ait pas de tension entre vous et surtout que chacun n’adopte un processus différent. Il ne faut pas oublier que ce bébé vous l’avez imaginé ensemble, vous l’avez conçu ensemble et vous aller l’élever ensemble, et si vous avez reçu des principes éducatifs différents, vous devez faire front commun, car les parents doivent toujours parler d’une seule voix.
D’autre part, il ne faut pas réagir de façon démesurer, au risque de surprotéger bébé.
Et quel que soit la procédure que vous adopterez, évitez (autant que faire se peut) les antitussifs aux propriétés somnifères et calmantes. Le médicament ne doit être utilisé que dans des cas extrêmes. Il ne faut pas oublier que les sirops calmants plongent le bébé dans un sommeil profond, là où la part de rêve n’est pas présente. Et beaucoup de médecins se demandent si l’abus des médicaments n’a pas un effet dévastateur sur la construction psychique du bébé.
Mais si vous constatez qu’il ne se rendort pas et se réveille à répétition au cours de la nuit, il est peut être nécessaire de s’interroger sur l’origine de ses troubles du sommeil. Votre pédiatre est là, pour vous accompagner et aider à identifier ses troubles et trouver une solution.

Une petite remarque sur le lit « avec papa et maman » :

C’est un sujet à polémique, par la peur que cela suscite d’habituer l’enfant à dormir entre papa et maman.
Il n’existe pas de solution universelle, il est primordiale de connaitre les convictions des parents, leurs horaires de travail, les aides qu’ils peuvent recevoir de personnes tiers, de l’âge du bébé, de son caractère et de son état de santé. Souvent, les parents n’acceptent pas cette situation, mais la tolère, quand maman doit l’allaiter la nuit et qu’elle doit se lever souvent. Bien sûr, bébé retrouve des moments de confort et de bien être dans les bras de sa maman après avoir tété, cela lui permet de retrouver les sensations de sa précédente vie fœtale, et cela le rassure. De plus, les parents ne seront pas stressés par ses pleurs nocturnes. Mais c’est une situation qui risque de perdurer jusqu’à l’âge de deux trois ans dans la plupart des cas. Cela laisse à réfléchir, mais dans ce cas il est tout de même préférable que bébé ait son lit dans la chambre de ses parents, mais qu’il ne dorme pas dans le même lit que ses parents !
Il est impératif que votre bébé ait des repères pour acquérir des habitudes de sommeil stable. Et s’il est conseillé de laisser dormir bébé avec une veilleuse allumée pour ne pas le laisser complètement dans le noir, il est tout aussi important de ne pas changer son environnement avec un lit, un tapis d’éveil et des jouets toujours à la même place. Cela rassure votre bébé qui pourra ainsi se repérer facilement dans l’espace. D’autre part il est tout aussi important de ne pas ouvrir sa porte pour vérifier que bébé dort, vous risqueriez de le réveiller .Si toutefois vous stressez et que vous voulez toujours aller voir votre bébé, sachez qu’il existe dans le commerce des transmissions vidéo couleurs avec vision diurne et nocturne grâce à une caméra infrarouge qui peut transmettre l’image dans une obscurité totale quel que soit le lieu où vous vous trouvez dans la maison. Cela pourra toujours calmer votre anxiété de laisser seul bébé dans son lit pendant son sommeil et au moins vous ne le dérangerez pas.
Nous ne l’avons pas encore dit, mais il est primordial de coucher bébé sur le dos dans sa gigoteuse, sur un matelas ferme, sans drap, sans couverture, sans couette, sans oreiller et sans peluche les premiers mois en raison des risques d’étouffements. Dans cette position il aura le visage dégagé et il pourra respirer à l’air libre sans être gêné (sachez que la position ventrale augmente le risque de mort subite du nourrisson. Selon une étude de l’Institut de veille sanitaire de 2009 il y a eu en France 250 cas de décès par mort subite avant les six premiers mois. Une équipe de médecins anglais du « London of hygiène and tropical médecine « a recensé un risque accru de la mort subite du nourrisson dans le cas où bébé dormait dans le grand lit avec papa et maman.
Quelques amorces de solutions pour remédier à la mort subite :
Bébé peut dormir « éventuellement » dans la même pièce, mais dans son lit personnel.
Arrêt du tabac pendant la grossesse et après (pensez au tabagisme passif).
Bébé doit dormir dans une pièce qui ne soit pas trop chauffée (19/20° c’est largement suffisant. Il faut prévenir les parents qu’une pièce trop chauffée ne maintiendra pas bébé en meilleur santé. Cette idée fausse qui doit être combattue, peut être à l’origine du développement des allergies provoquées par les acariens qui se multiplient d’avantage lorsque la température de la chambre est plus élevée.
Le non allaitement ou un déséquilibre de sérotonine qui est impliquée dans la régulation du cycle circadien peuvent être une cause également de cette mort subite.

Les pleurs sont le langage de Bébé

Sachez que les pleurs sont pour votre bébé un langage, c’est un moyen pour votre bébé de s’exprimer. À partir de six mois vous pourrez instituer un rituel du coucher en lui chantant une berceuse ou en lui racontant une histoire (à cet âge même si chanson et histoire n’ont pas beaucoup de sens, bébé a besoin de rituels du soir et entendre votre voix c’est pour lui du temps partagé pour s’imprégner de l’amour et de la tendresse de ses parents. Apres ses comptines, il est important de quitter la chambre après avoir souhaité une bonne nuit et tenez bon en acceptant les pleurs sans culpabiliser. Si bébé rappelle en pleurant il faut revenir, mais ne jamais rester trop longtemps. Rassurez-vous au fil des jours il pleurera moins. Le but est de montrer que ses parents sont là pour bébé et qu’ils ne le laisse pas dans la détresse, qu’ils répondent à son besoin de sécurité à chaque fois. Vous pouvez envisager de lui donner un objet transitionnel comme un doudou au toucher doux et surtout en caoutchouc 100% naturel et à la couleur teintes alimentaires donc non toxiques. Enfin, évitez l’énervement qui ne fait que raccrocher bébé d’avantage à vous par insécurité. L’apprentissage de la séparation se fait avec fermeté et douceur.
En dernier ressort, il est parfois nécessaire de s’interroger sur l’origine des troubles nocturnes pour comprendre ce qui perturbe bébé, se reproduisent-ils à cause d’un changement d’habitude, d’environnement…. Votre pédiatre est toujours là pour vous accompagner dans votre questionnement et vous aider à identifier ces troubles et à y remédier.

Considérant ces différents éléments :
cycle de sommeil ultradien.
cycle du sommeil circadien.
cycle normal du sommeil à partir du huitième mois (à partir de 6/8mois votre bébé acquiert graduellement le même rythme de sommeil qu’un enfant).
Et, si l’on admet qu’avant 5 ans les bébés ont besoin de dormir au moins 11 heures par cycle de 24 heures, c’est à l’âge de six ans qu’il acquiert le même rythme de sommeil qu’un adulte.
Sachant que le sommeil du bébé est constitué d’avantage de plages de sommeil lent et profond en début de nuit, que son sommeil paradoxal se situe en fin de nuit et si l’on y ajoute aussi les problèmes afférents à la trichloramine pour les bébés nageurs qui vont à la piscine dès 4/5 mois , les mamans sont maintenant à même de prendre leurs responsabilités pour réduire les risques éventuels pour l’équilibre , la santé, le bien être, le confort et l’hygiène du bébé nageur.
Si aller aux séances des bébés nageurs est une bonne chose pour l’éveil du nourrisson et que les piscines accueillent leurs clients dès leurs plus jeunes âges (dès 4/5 mois), Il vaut mieux attendre les 12/15 mois du bébé nageur pour entreprendre l’éveil aquatique !!!! D’autant plus qu’à partir de un an, il acquiert de nouvelles capacités motrices et qu’il passe son temps à se lever et s’asseoir du lit, donc dépenser son énergie à une activité aquatique dans cette tranche d’âge ne nuit pas sur le temps pris sur son sommeil.

- Accueil du blog
- Boutique en ligne
- Nous contacter

bouee-fille
 
bouee-garcon
 
maillot-couche-fille
 
 
 
 
bébé nageur
maillot de bain couche