maillot de bain bébé

+33 (0)4 94 79 87 48
du lundi au samedi
10h - 19 h
info@petitesource.com

 

maillot de bain bébé maillot de bain couche

Inscription à la newsletter

Fils d'actualité

Suivez-nous!

FacebookTwitterRSS Feed

Message aux parents de très jeune bébé nageur

Lorsque des expériences scientifiques montrent aux parents les compétences de leurs bébés, ils sont émerveillés, mais ces mêmes chercheurs insistent pour ne pas trop stimuler ces mêmes têtes blondes dès leurs plus jeunes âges :

http://webcom.upmf-grenoble.fr

Voici un second lien où trouver les compétences des bébés dès leurs premières semaines de vie ( leur vision, la reconnaissance du visage de leur maman, la reconnaissance de la voix, leur sensibilité aux gouts et aux odeurs , leurs actes complexes dès leur naissance ,etc.…….)

http://www.unige.ch

Encore une fois tous les experts médicaux et scientifiques insistent pour ne pas accélérer le processus de développement du bébé, beaucoup de parents veulent en faire un hyper doué , brulant pour se faire certaines étapes d’acquisitions . Bébé sait parfaitement inter réagir avec ses proches et même si ses capacités motrices et son langage sont des plus limités, les parents par l’observation journalière de leur petit peuvent instaurer une communication à travers ses cris et ses pleurs, ses phases d’inattention où son regard flotte dans le vague et ses moments de forte concentration avec un regard curieux et avide de découvertes qui se fixe sur la bouche et les yeux de ses parents. Les mamans savent se rendre réceptives aux besoins de bébé et peuvent reconnaitre ses phases de fatigues, d’irritations, d’inattentions, d’endormissement. Ce sont des signaux qu’il faut impérativement respecter pour savoir si vous n’avez pas atteint une limite de sur stimulation. Il faut considérer ses périodes de fatigue en ménageant le nouveau-né et savoir se conformer à la chronologie des acquisitions, car si bébé s’est forgé un matelas de compétence pendant sa vie utérine il est encore immature, pour tout apprendre rapidement.

Et les bébés nageurs dans tout cela !

Vos petits trésors découvrent l’éveil aquatique grâce à leurs sens et aussi à l’affection de papa et maman qui souhaitent favoriser et accompagner leurs épanouissements, leurs bien être et l’ accès à plus d’autonomie en les familiarisant tôt au milieu aquatique . Mais il ne s’agit pas d’en faire des champions de natation avant l’âge.
Certes il est indispensable d’emmener les enfants à la piscine. Mais il est tout aussi indispensable de respecter leurs rythmes d’évolutions, leurs besoins et leurs désirs, il faut les encourager sans les forcer.
Bien sûr à 4/5 ans ils auront une force motrice suffisante dans les bras et dans les jambes pour apprendre la natation tout en contrôlant leur souffle, car ne l’oublions pas la noyade est une cause de décès par accident domestique et s’ils ont connu les bébés nageurs avant cela, ils connaitront mieux le milieu aquatique quand ils seront en âge d’apprendre à nager et ils sauront alors se préserver des dangers de l’eau.
Il faut savoir qu’un enfant se noie en quelques secondes et que trois minutes d’immersion peuvent entrainer le décès ou des séquelles irréversibles au niveau cérébral.

Les causes principales de la noyade sont :

  • Une méconnaissance du danger pour bébé qui commence à gambader autour du bassin,
  • Une protection insuffisante ou inadaptée de la piscine.
  • Un relâchement de la vigilance.

Ceci étant dit, il est raisonnable de respecter leurs développements physiologiques et attendre 12 mois pour commencer les séances ludiques de bébé nageur car les initier avant risquerait d’entrainer des blocages plus ou moins nuisibles à l’apprentissage ultérieur.
Nous avons longuement développé le sujet dans la rubrique :

  • La vision du bébé nageur
  • Le toucher du bébé nageur
  • L’odorat du bébé nageur
  • Le goût du bébé nageur
  • L’ouïe du bébé nageur
  • La régulation thermique du bébé nageur
  • Le sommeil du bébé nageur

Il est important de demander conseils à votre pédiatre si vous souhaitez vraiment emmener bébé à l’éveil aquatique s’il a moins d’un an, ne serait-ce que parce qu’il faut un certificat médical de non contre-indication et les vaccins adéquates.
En l’état actuel, rien ne semble permettre d’être aussi affirmatif et définitif pour commencer ces séances d’éveil aquatiques, dès quatre mois et demi. Notre volonté n’est pas de prendre parti et /ou de participer à un débat scientifique, qui nous dépasse, sans avoir préalablement rassemblé et obtenu de manière objective l’ensemble des informations sur la question.
Nous terminerons nos propos en citant la circulaire N° 75 141 du 3 juin 1975 sur l’initiation des très très jeunes « bébés nageurs » au milieu aquatique :
« Nous mettons en garde les chefs d’établissements contre les dangers d’une exploitation commerciale se substituant aux soucis éducatif »
Nous vous mettons ci-dessous le texte complet : « Objet : Initiation des très jeunes enfants (« Bébés nageurs ») en milieu aquatique. »
Circulaire N°75 141 du 3 Juin 1975 Initiation des très jeunes enfants en milieu aquatique
Le développement spectaculaire des écoles d’initiation, citées en objet, appelle de ma part un certain nombre d’observation et de réserves :

  • La familiarisation de l’enfant à l’eau.

    Cette familiarisation de l’enfant à l’eau a fait l’objet d’études dont les dernières en date menées par l’Institut National des Sports et à l’Ecole Normale Supérieure d’Education Physique et Sportive ont eu un grand retentissement dans le public. Il a été nettement constaté que de très jeunes enfants totalement immergés, sont capables de se maintenir momentanément ou de revenir en surface et de se déplacer, aidés par leur faible densité, de manières plus ou moins coordonnées. En fait, ils s’efforcent de rejoindre le bord du bassin ou un parent se trouvant lui-même dans l’eau.

    Le tout jeune enfant manifeste ainsi des possibilités d’adaptation progressive au fur et à mesure qu’il franchit les étapes de son développement psychomoteur. Avant 4 à 6 ans, il n’est pas physiologiquement, ni psychologiquement capable de contrôler sa motricité segmentaire pour réaliser des mouvements techniquement définis.

    La familiarisation du jeune enfant avec l’eau ne se pose pas en terme d’apprentissage technique, il ne s’agit pas de natation au sens communément admis par l’adulte, mais d’un comportement global d’adaptation.

    L’avantage qui en résulte est l’acquisition d’une certaine aisance dans l’eau qui si elle ne présuppose en rien de la qualité de l’apprentissage ultérieur de la natation le facilitera très probablement.

    Ces étapes lui permettent d’accéder par la suite à une véritable autonomie dans l’eau. Il apparaît que cette expérience ne saurait être envisagée par les parents que pour une très longue durée.

  • La condition indispensable pour la réalisation de cette activité : l’ambiance affective sécurisante.

    Cette condition est d’autant plus nécessaire que l’enfant est plus jeune : ce qui implique une présence parentale dans le bain, mère ou père, ou même les deux. C’est dire l’extrême disponibilité des parents, l’importance de leur entente, de leurs motivations qui peuvent diminuer ou accroître les résistances s’ils acceptent difficilement, par exemple, que leurs enfants soient moins brillants ou délurés que d’autres.

    Je serais donc extrêmement réservé sur la généralisation de ce genre d’écoles si les éducateurs responsables avaient des exigences techniques, physiologiquement inapplicables à cet âge, ce qui risquerait d’entraîner des blocages plus ou moins nuisibles à l’apprentissage ultérieur et à l’épanouissement de l’enfant.

  • Les conditions de cette activité.

    Ces conditions doivent être strictes :

    • Conditions hygiéniques : elles doivent être absolues.
      • La température de la piscine doit être appropriée à cet âge : (32° en hiver) , en raison de l’imperfection du système de thermorégulation de l'enfant. Cette température pourra être progressivement abaissée en fonction des saisons et de l’expérience de l’enfant.
        La température de l’air ambiant devra être accordée à celle de l’eau.
      • L’eau doit présenter une qualité particulière du point de vue chimique et bactériologique (stricte application de l’arrêté du 13 juin 1969). Le port d’un slip est obligatoire en raison du manque de contrôle sphinctérien chez certains jeunes enfants. L’eau aura dû subir un double recyclage avant le début d’une séance.
      • Absence de maladies infectieuses, d’affections de la peau : les otites récidivantes peuvent être redoutables chez de très jeunes enfants effectuant des immersions répétées en position verticale.
      • Il conviendra d’exercer une surveillance au bord du bassin pour dépister toute réaction d’alarme, pâleur, rougeur, tremblement.
      • Un examen préalable devra être effectué par un médecin qui devra conseiller les parents, et délivrer obligatoirement un certificat d’aptitude. Les enfants de moins de 6 mois ne pourront être confiés qu’à des équipes très spécialisées.
    • Conditions d’encadrement :
      • Les parents participeront obligatoirement à la séance dans le bassin. La profondeur de l’eau doit leur permettre d’avoir pied.
      • Le chef d’établissement doit s’assurer de la constitution d’une équipe pluridisciplinaire qui comprendra notamment des représentants des catégories professionnelles suivantes :

        ' spécialistes de natation : maîtres-nageurs sauveteurs, éducateurs et entraîneurs.

        ' spécialistes de P. M. I. (Protection Maternelle Infantile) : pédiatres, psychologues, puéricultrices et autres spécialistes paramédicaux.

        ' psychologues, éducatrices de crèches, institutrices de maternelle, enseignant d’E. P. S.
      • Tous les membres de cette équipe devront s’imposer une information préalable et une formation continue.

En résumé, il s’agit d’une activité de maniement délicat mais profitable lorsque toutes les conditions favorables sont remplies, cependant il convient d’appeler l’attention du public sur les risques multiples que peut entraîner cette activité.

Cette initiation devra s’adresser indirectement aux enfants au travers des parents qui devraient être solidairement informés et devraient prendre en charge leurs propres enfants. Le but à réaliser devrait se limiter à une familiarisation avec l’eau, l’enfant y étant amené dans des conditions de calme et de sécurité affective totale dans une ambiance hygiénique plus rigoureuse que pour l’adulte (asepsie, température et sous surveillance permanente, après avis médical préalable ayant défini de façon précise les indications et contre-indications individuelles à ce genre d’activité).

Nous mettons en garde les Chefs d’établissements contre les dangers d’une exploitation commerciale se substituant à un souci éducatif.

Vous voudrez bien porter les dispositions de la présente circulaire à la connaissance des directeurs de piscine de votre circonscription.

Post-scriptum :

Si vous souhaitez plus de renseignements sur la surveillance épidémiologique des noyades, voici une enquête de 2012 faite par l’Institut de Veille Sanitaire avec le soutien de la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises

http://opac.invs.sante.fr

- Accueil du blog
- Boutique en ligne
- Nous contacter

bouee-fille
 
bouee-garcon
 
maillot-couche-fille
 
 
 
 
bébé nageur
maillot de bain couche